accueil    P'Silo    festival    production    vidéothèque P'Silo    échanges    liens    newsletter    mobile    contact    logo
——————————————————————————————————————————————————————————————————————————————
édition 2017      inscription      règlement      organisation      partenaires      lieux      info pratiques      surlaroute      archives









édito
calendrier / tarifs

film
films inscrits
sélection
vidéothèque P'Silo

programmation
soirée d'ouverture
soirée de clôture
pr espace
pr identité
pr mouvement
pr perception
pr sens
pr temps
vidéothèque "à la carte"

événement
Art\Positions
Espaceculture
Radio Grenouille

pro / presse
accréditation
presse

galerie
bande annonce
visuel
photo
vidéo





ÉDITO 09


Un jour, des extraterrestres ont décidé de se multiplier sur terre. Les sumériens relatent cette épopée sur leurs tablettes d’argile. Ils sont les seuls à l’avoir fait. En effet, les extraterrestres ont atterri entre le Tigre et l’Euphrate. Tout de suite, on remarque chez ces derniers une tendance à la plaisanterie. Ils désignent une planète du système solaire comme leur astre d’origine. Une grosse gazeuse qui fume un peu de soufre et d’ammoniac en faisant tournoyer ses masses nuageuses. Les extraterrestres n’ont peur de rien et résistent à tout.
Seules bestioles de l’univers qu’aucune loi physique n’arrive à contraindre, ce sont aussi des êtres de goût, sensibles aux atmosphères oxygénées plutôt qu’hydrogénées. Ils aiment le vert, les étendues reposantes et bucoliques.
Leur taille est celle des géants. Les sumériens nous renseignent aussi à ce sujet. Un bas-relief représente un de ces visiteurs assis de profil sur un trône, auquel deux hommes rendent hommage, debout face à lui. Considérant la taille moyenne d’un sumérien de 1,70 mètres environ, l’extraterrestre une fois déplié mesurerait 3 mètres. Et nous avons là, la définition première du géant… et elle est fausse. Il est beaucoup trop petit.

A y regarder de plus près, ils sont tous trop petits. Pas un pour adorer l’autre, pas un pour faire étalage de sa redoutable puissance. Leurs corps sont pareillement stylisés. A cette ressemblance s’ajoute l’évidente volonté, dans la composition scénique, de ne pas diminuer la stature d’un des trois personnages, ce qui aurait été le cas avec une représentation réaliste : celui assis aurait été plus bas que ceux debout. La position s’accommode mal avec le pouvoir symbolique du trône. Subterfuge du rapport des proportions, ils nous paraissent alignés. Un souverain recevant des ambassadeurs ? La figure d’un soleil entouré de 11 planètes et étoiles préciserait la date.

Reste les extraterrestres qui nous correspondent tant. Sur les toits, ils miaulent avec les chats vers Cassiopée. Nous n’inventons de dieux et de diables qu’à notre image et d’images qu’à notre mesure. Images Contre Nature, festival international de vidéo expérimentale, propose quelques-unes de ces formes qui nous ressemblent à travers ses programmes et ses événements dont :
Engrammes exposition photographique de Valérie Sarrouy
Installation composite n°1 / cinq portraits installation d’Alain Joule Caminos Cruzados concert de Sandra Rivas, Alain Joule et Dan Roth
Here We Are ! carte blanche au Cologne Online Film Festival,
111 fois marseille géographie intime film de Jean-Paul Noguès
et Soleil Caraïbes chroniques sonores du festival.

H.B
.



2017

2016

2015

2014

2013

2012

2011

2010

2009

2008

2007

2006

2005

2004

2003

2002

2001