accueil    P'Silo    festival    production    vidéothèque P'Silo    échanges    liens    newsletter    mobile    contact    logo
——————————————————————————————————————————————————————————————————————————————
édition 2017      inscription      règlement      organisation      partenaires      lieux      info pratiques      surlaroute      archives









édito
calendrier / tarifs

film
films inscrits
sélection
vidéothèque P'Silo

programmation
soirée d'ouverture
soirée de clôture
pr espace
pr identité
pr mouvement
pr perception
pr sens
pr temps
vidéothèque "à la carte"

événement
Art\Positions
Espaceculture
Radio Grenouille

pro / presse
accréditation
presse

galerie
bande annonce
visuel
photo
vidéo





CLÔTURE 09
le 11 juillet
20h30 111 fois marseille géographie intime de jean-paul noguès
48mn, n/b, DV, stéréo, endogène 2009
Lices





synopsis
la vision singulière d’un homme sur sa ville de naissance
40 ans de vie commune de souvenirs de réflexions d‘émotions
sur une cité en mutation
111 plans-séquences pour 111 quartiers
un récit visuel entre documentaire et autobiographie
entre balade et introspection

note historique
la géographie de Marseille est articulée autour de la notion de quartier
historiquement 111 quartiers de la ville ont été définis par le décret n°46 - 22.85 du 18 octobre 1946 chacun correspondant à un des villages entourant le Vieux-Port
même si depuis cette époque, l'agrandissement et la métamorphose de l'agglomération font que certains quartiers ont été en réalité re-découpés la convention des 111 quartiers d'origine persiste

note technique
las de la course à la haute définition imposée par l’industrie cinématographique et les media télévisuels et soucieux de trouver une texture d’image évoquant le document et l’urbanité mes diverses expérimentations m’ont conduit à tourner entièrement ce film avec un téléphone mobile

intention
regarder la ville simplement
ouvrir les yeux se poser et prendre le temps de sentir les rues les architectures les contrastes les mouvements les personnes
mettre en perspective la réalité de marseille par rapport à ce qu’elle était autrefois avec l’évolution d’une vie
faire le tour de la ville faire le tour de soi
un quartier oublié fait ressurgir un souvenir enfoui dans l’inconscient une zone d’ombre
un révélateur d’émotions oubliées
voyager dans la ville pour éprouver ces lieux et mes sentiments acteur de ma ville

musique
mars
jean-françois pauvros & makoto kawabata
48 minutes

Jean-Paul Noguès
Né à Marseille en 1967. Vit et travaille à Marseille.
Jean-Paul Noguès touche sa première caméra en 1975 en étant cadreur pour un film Super 8 de fin d'année de CE1 ! Bassiste dans divers groupes de rock locaux entre 1988 et 1995, il suit des études de cinéma à Aix-en-Provence (Université de Provence I) où il soutient une maîtrise sous la direction de Nicole Brenez en 1993, intitulée "La représentation du rock au cinéma de 1970 à 1981".
Régisseur sur des tournages de films, il devient sélectionneur pour la compétition internationale de courts-métrages du Festival Tous Courts (Aix-en-Provence) pendant près de dix ans, où depuis 2001, il programme (avec Emmanuelle Sarrouy) des séances de cinéma expérimental. Il en devient le président en 2008.
A l’aube du XXIème siècle, Jean-Paul Noguès passe à la réalisation. Ses films à caractère expérimental traitent d’amour, du corps, et de l’intime. Ils travaillent la figuration et l’abstraction du corps de la femme, du corps de l’homme dans leur quotidien. Parce qu’il est toujours urgent de parler d’amour et que le don de soi est intimement lié à une certaine angoisse de la perte, ses films oscillent entre terreur et passion.
"Le point de départ de mes films est toujours dans mon imaginaire le surgissement, nocturne souvent, d’une image associée à une idée. De là, à partir d’images souvent déjà tournées, je commence à monter, démonter, travailler plastiquement les images et les sons. Puis, je tourne à nouveau et poursuit mon travail. C'est un long processus de recherche pour aboutir à une sensation qui, elle, est très précise dans ma tête. J'ai un but à atteindre, les moyens sont à découvrir, à expérimenter."
Parmi de nombreuses projections ses films ont été présentés aux festivals Cinémas Différents (Paris), Côté Court (Pantin), Vidéoformes (Clermont-Fd), Tous Courts (Aix-en-Pce), Oberhausen (Allemagne), Rotterdam (Pays-Bas), Instants Vidéo (Mar del Plata, Argentine), Images Contre Nature (Marseille), Arrêts sur Images (Charleroi, Belgique), Underground Lausanne (Suisse), Extreme Love autour de Philippe Grandrieux (Tokyo, Japon), au Tate Modern (Londres) et à la Cinémathèque Française (Paris).

Filmographie
111 fois marseille géographie intime (48 min / 2009)
Dire avec les yeux (6 min / 2007)
Rosée nocturne (7min / 2006)
Corpus (80 min / 2005)
Corpus, installation (48 min / 2005)
Elle et le loup (7 min / 2004)
The Ring Mix (7 min / 2004)
Flammes nues (6 min / 2003)
Elana (5 min / 2003)
Coda (26 min / 2002)
Ogres (7 min / 2001) 
In Vivo (7 min / 2001)

Co-réalisations avec Emmanuelle Sarrouy
DV Life 2001 à 2005 (5 x 52’/ 2001-2005)


Endogène
Marseille, France
http://www.endogene.fr/
email
Créée en 2007 Endogène est une jeune société de production de films de type documentaire, fiction et expérimental. Refusant de se donner une ligne éditoriale qui pourrait être restrictive, il se dégage cependant une volonté de présenter des œuvres hors des stéréotypes habituels du cinéma et de la télévision en étant proche du cinéma d’art et essai et expérimental. Les seuls mots d’ordre sont la singularité des sujets, l’ouverture formelle, la liberté plastique et discursive.



2017

2016

2015

2014

2013

2012

2011

2010

2009

2008

2007

2006

2005

2004

2003

2002

2001